Acné Vulgaris

Acné Vulgaris

Qu’est-ce que l’acné vulgaris ?

L’acné vulgaris est l’une des maladies de la peau les plus courantes. Ces maladies associées à l’âge de la puberté peuvent commencer dès la petite enfance et disparaître sans laisser de cicatrices aux alentours de la trentaine. Cependant, il n’est pas rare que cette maladie réapparaisse plus tard. Ceci est parfaitement normal. Les jeunes hommes sont plus affectés que les femmes. L’acné vulgaris est provoquée par des inflammations dans les glandes sébacées de la peau et elles apparaissent principalement sur ​​le visage, le dos, le torse, les épaules et le cou, à savoir tout le haut du corps. Des points noirs sont symptomatiques de la maladie. Si l’acné est légère, les comédons sont de simples nodules blancs, mais dans certains cas également avec un point noir central. Dès que les petits nodules blancs s’enflamment, un bouton rempli de pus, la pustule, se forme. Après une éruption d’acné vulgaris sévère, des cicatrices apparaissent, lesquelles sont en même temps contemplées comme un inconvénient ; il ne faut pas sous-estimer les problèmes psychologiques et sociaux que cela peut entraîner. Par conséquent, il est toujours important de bien traiter l’acné sévère.

Quelles en sont les causes ?

Beaucoup de gens pensent que l’acné est causée par une mauvaise hygiène corporelle. Cela est faux. À l’âge de la puberté, des changements hormonaux se produisent chez les jeunes gens des deux sexes, ce qui résulte en une augmentation de la production d’hormones sexuelles mâles et femelles. Cela entraîne une surproduction des glandes sébacées et une possible kératinisation des follicules pileux. Le canal excréteur des follicules pileux étant très rétréci, le sébum s’amoncelle et les bactéries qui ont alors envahi les bouchons provoquent une inflammation des glandes sébacées. Une peau sujette à l’acné peut également être une maladie familiale. Si les deux parents ont été victimes de l’acné, alors la probabilité que l’enfant souffre d’acné durant sa puberté et 50 % plus élevée que pour le reste de la population.

 

Voici d’autres facteurs pouvant aggraver une acné vulgaris :

  • Expressions de points noirs ou de boutons
  • Certains médicaments
  • Des produits chimiques spéciaux
  • Les graisses
  • L’huile
  • Le chlorure d’hydrogène
  • Un environnement humide (moisissures ou infiltrations dans la maison de ses parents ou dans sa propre maison)
  • Les saignements menstruels
  • Les causes liées au stress telles que : le travail, les relations familiales

 

Quels en sont les symptômes ?acne_vulgaris2

  • Les points noirs ou les comédons sur le visage et sur le haut du corps
  • L’éclatement des boutons enflammés, en particulier sur la zone du visage et sur toute la partie supérieure du corps ; avec une acné vulgaris sévère, il faut s’attendre à une longue cicatrisation
  • Les jeunes femmes sont sujettes à une éruption aggravée des points noirs au moment du cycle menstruel

 

Quel diagnostic peut être posé ?

Évaluer la gravité de l’acné vulgaris dépend des différentes lésions de l’acné. En outre, il est important de connaître l’historique familial face à l’acné pour se préparer à la situation. D’autres observations portant sur des influences extérieures, comme la prise de médicaments, le travail, etc., sont également recommandées pour situer la période durant laquelle la crise d’acné a été la plus forte.

 

Quelles sont les possibilités de thérapie ?

Le but du traitement est de réduire les effets de l’acné vulgaris et de créer ainsi les éléments permettant de résoudre les problèmes psychologiques et sociaux. Cependant, le traitement de l’acné requiert du temps et de la patience. Le suivi des traitements doit être respecté durant au moins six semaines avant que le patient note un changement ou même la disparition de la maladie. L’acné vulgaris sous une forme sévère exige une thérapie adaptée afin de guérir la ou les blessures, et ce avant qu’une cicatrice définitive ne se produise. Avec le traitement, il est important de lutter contre la surproduction des glandes sébacées et de calmer la kératinisation des follicules pileux qui sont propices à une infection des bactéries qui provoque l’acné.

 

Ces deux options de traitement doivent être distinguées :

Le traitement topique (thérapie locale) :

  • Les premiers progrès sont visibles au plus tôt quatre semaines après le début du traitement si celui-ci n’a pas été interrompu.
  • Les traitements antimicrobiens ont une action anti-inflammatoire et ils freinent la formation des comédons, tels que : les antibiotiques, l’acide azélaïque, les rétinoïdes ou l’application de peroxyde de benzoyle.
  • Ceux qui optent pour un traitement topique doivent privilégier une thérapie combinée afin de gérer simultanément les nombreux facteurs à l’origine de l’acné.

 

Le traitement systémique (la thérapie diffusée par voies générales) :

  • Ce type de traitement est utilisé dans ce contexte,
  1. Si le traitement topique n’est pas efficace.
  2. Si l’impact psychologique de la maladie est trop important pour le patient.
  3. Possibilité d’évolution vers des crises d’acné sévère
  • Le choix des médicaments dépend de :
  1. La gravité de l’acné vulgaris.
  2. L’efficacité de la thérapie.
  3. La situation personnelle de la personne concernée.
  • Les antibiotiques ou l’isotrétinoïne sont les principaux agents utilisés, ce dernier ayant des effets secondaires importants, tels que : des saignements du nez, des lèvres gercées, une peau sèche, des troubles de l’humeur, un état dépressif et des tendances suicidaires.
  • Certaines femmes parviennent à soigner leur acné en prenant un contraceptif oral à base de progestatifs noréthistérone.

 

Quels traitements sont efficaces pour soigner les cicatrices ?

Dans des cas graves d’acné vulgaris, il est habituel de constater la formation de cicatrices. Malheureusement, ces cicatrices compliquent le traitement de l’acné. On ne peut donc traiter la maladie avec succès que quand l’acné vulgaris est sous contrôle. Les changements pigmentaires ou les cicatrices superficielles peuvent être recouverts spontanément avec des produits spéciaux. Les praticiens, mais aussi les personnes concernées, recommandent des méthodes telles que : l’abrasion (l’action de polir sa peau), le peeling ou les traitements superficiels au laser. Les effets secondaires de ces traitements incluent la formation de nouvelles cicatrices, des infections et/ou une décoloration de la peau.

 

Quelles sont les mesures préventives à respecter ?

  • Évitez les crèmes hydratantes trop grasses ;
  • Ne touchez pas et ne grattez pas des boutons d’acné, afin de ne pas aggraver les conséquences de l’acné vulgaris en vous rendant « coupable » de la formation des cicatrices ;
  • Pas de crème solaire (si possible) ;
  • N’utilisez pas de produits cosmétiques, car la peau se défend de l’agression en bouchant davantage les pores de la peau ;
  • Abstenez-vous de travailler dans des environnements humides ;
  • Ne confiez pas le soin de votre visage à une personne non compétente et privilégiez un expert, comme une esthéticienne ;
  • Pas de liquide chloré
  • Ne restez pas trop longtemps sur des chaises longues, car cela garantit une aggravation de votre acné vulgaris, et cela peut également être à l’origine d’un cancer de la peau (une petite exposition au soleil atténue l’acné !)
  • Pour traiter une acné légère, des produits en vente libre dans les pharmacies ou les boutiques suffisent parfaitement (si vous ne savez pas quels produits choisir ni comment les utiliser, demandez à un professionnel !)
  • Selon plusieurs études, l’alimentation n’a pas d’incidence sur la maladie de l’acné ; il n’est donc pas nécessaire de suivre des régimes particuliers, sauf dans le cas où certains aliments sont consommés en excès comme le chocolat, afin de ne pas aggraver la formation de l’acné.
  • Il ne faut jamais traiter des pustules émergentes avec des détergents agressifs, car ceux-ci dégraissent beaucoup la peau, si bien que le métabolisme produit davantage de sébum.