Acné Papulo-pustuleuse

Acné Papulo-pustuleuse

Qu’est-ce que l’acné papulo-pustuleuse ?

L’acné papulo-pustuleuse est l’une des formes de l’acné vulgaris. Entre la forme légère de l’acné comédonienne et l’acné conglobata sévère, elle correspond à un type qui va de la gravité moyenne à la gravité haute. Elle se produit principalement durant la phase de développement de la puberté et elle se termine avec elle. Au début de la trentaine, le patient devrait en être totalement débarrassé. Mais dans des cas exceptionnels, l’acné peut également persister beaucoup plus longtemps.

Symptômes

Les caractéristiques de l’acné papulo-pustuleuse sont causées par le blocage des glandes sébacées résultant des comédons (les points noirs), à partir desquels se développent des papules et des boutons à la suite de l’inflammation. Ils apparaissent essentiellement sur le visage au niveau du front, du nez et du menton, mais aussi, pour des formes plus graves, sur le cou, le dos, les bras ou la poitrine. L’inflammation peut parfois évoluer en plaie.

 

Causes et Développement

akne_papulopustulosa1L’acné vulgaris apparait souvent avec les changements hormonaux qui ont lieu durant la puberté. La production de la testostérone, l’hormone sexuelle mâle, entraîne une augmentation de la production de sébum dans la peau. Cela augmente également le phénomène de kératinisation du sébum qui ne peut plus être drainé, un phénomène entraînant à son tour la formation de points noirs (les comédons). Si l’on observe une tache sombre, on parle de comédons noirs. Si le canal est fermé avec un contraste de kératinisation, le sébum est blanc, on parle alors de comédons blancs. L’extension de l’accumulation de sébum entraîne une inflammation des tissus environnants. L’inflammation apparaissant à la surface de de la peau est appelée un bouton, tandis qu’une inflammation sous-jacente est appelée une papule.

Si l’inflammation, surtout quand elle est dans sa phase maximale, est colonisée par des bactéries, cela conduit souvent à une aggravation du cas. L’inflammation peut alors s’étendre en se propageant considérablement et finalement déclencher d’autres symptômes tels que le gonflement des ganglions lymphatiques, des maux de tête et de la fièvre. Être affecté par des comédons et des boutons peut également entraîner des problèmes psychologiques.

 

Possibilités du traitement

La forme bénigne de l’acné comédonienne est généralement combattue avec des produits en vente libre. Pour l’acné papulo-pustuleuse et l’acné conglobata sévère, le traitement doit être défini par un dermatologue. Pour prévenir les crises d’acné, il existe un certain nombre de traitements. Leur action peut être dirigée contre la kératinisation, pour réduire le sébum, pour lutter contre les bactéries ou dans la desquamation des couches supérieures de la peau.

  • Avec des médicaments, on peut réduire la production de sébum, lutter contre les bactéries et réduire voire stopper l’inflammation elle-même.
  • Les acides de fruits peuvent être utilisés sur une période plus longue pour résorber les comédons. On peut ainsi associer de l’acide glycolique de pomme, de citron ou de l’acide d’amandes douces dans des crèmes spéciales.
  • Pour lutter contre la colonisation de l’inflammation par les bactéries, il faut utiliser des antibiotiques. De plus, ils ont des propriétés anti-inflammatoires et cela peut contrecarrer l’élévation du niveau de la kératinisation.
  • Les oxydants, et en particulier le peroxyde de benzoyle, combattent également les bactéries et ils réduisent la kératinisation. Ils peuvent être appliqués sous forme de crème, de gel ou lors d’un lavage corporel.
  • En application topique, les rétinoïdes associés à la vitamine A peuvent réduire l’accumulation de sébum et donc la formation de comédons. On insistera ici sur l’efficacité de l’isotrétinoïne qui peut être appliqué sur la peau sous forme de gel.
  • Chez les femmes, une thérapie hormonale avec des préparations qui sont également utilisées pour la contraception est administrée. Cela conduit à un équilibrage des hormones et donc à une réduction de la testostérone, l’hormone sexuelle mâle.
  • L’acné papulo-pustuleuse nécessite une augmentation de la consommation d’un oligo-élément, le zinc. Par conséquent, il est parfois utile de prendre des compléments alimentaires riches en zinc afin d’élever le niveau des réserves.

 

Facteurs de risque connus

Bien que les habitudes alimentaires soient souvent considérées comme des coresponsables de l’acné, il n’existe aucune preuve scientifique d’un tel lien. Il existe ainsi une étude réalisée sur la consommation de lait. Toutefois, la relation entre la consommation de lait et l’acné papulo-pustuleuse n’a pas pu être établie. Outre l’augmentation de l’activité hormonale pendant la puberté chez les jeunes hommes, les fluctuations hormonales peuvent avoir des causes différentes. Ainsi, un stress excessif peut contribuer à une confusion hormonale. Mais le cycle de la femme ou des changements fréquents de contraceptifs peuvent aussi être la cause d’une augmentation excessive de la production de sébum, ce qui prélude la crise d’acné. L’utilisation des produits cosmétiques impose une certaine prudence chez les personnes sujettes à l’acné papulo-pustuleuse.

 

Divers ingrédients peuvent favoriser l’apparition de l’acné et aussi en exacerber les symptômes. Ces matières sont, entre autres, la lanoline, le stéarate de butyle ou l’acide stéarique. Leur éloignement du malade peut alors contribuer à une réduction de l’acné.

Le diabète ou une prédisposition génétique à développer cette maladie constitue un autre facteur de risque.

On dit souvent que le manque d’hygiène personnelle est une cause de l’acné, mais cela est faux. Seule la propagation accrue des bactéries peut laisser penser une telle chose. Mais cela ne peut en aucun cas être considéré comme la cause d’une augmentation de l’inflammation.